Interculture : contributions, réseaux, spécificités des contextes francophones

Interculture : contributions, réseaux, spécificités des contextes francophones
Edited by:  Marina Geat
Editor: RomaTrE-Press
Publication date: december 2021
Pages: 192
ISBN: 979-12-5977-061-5
n° downloads ad oggi: 177

Abstract

Les articles qui composent ce volume se proposent d’identifier et de décrire des « spécificités francophones » dans des champs disciplinaires différents. L’hypothèse de départ de ce parcours de recherche et de confrontation est que les développements, les rencontres, les chocs, les métissages qui ont caractérisé l’histoire de ce contexte linguistique et culturel, pourtant si varié, ont laissé des traces communes, reconnaissables et fécondes, qui s’expriment par une attention particulièrement vive aux  problématiques de l’interculturel et de l’interdisciplinarité.  C’est à partir de ce questionnement qu’à Rome, en novembre 2018, a eu lieu un colloque international qui, en prenant le relais d’un colloque précèdent à Rome et à Bordeaux dont les résultats ont été publiés dans la collection “Le Ragioni di Erasmus”, volume 3, et en poursuivant aussi les activités de recherche du groupe RUIPI (Réseau Universitaire International Pour l’Interculturel), a proposé quelques sujets de réflexion ultérieurs. Les dix contributions qui sont présentées dans ce volume s’organisent autour de trois aspects majeurs à l’égard desquels l’espace francophone semblerait revendiquer des spécificités et parfois des propositions innovantes. D’abord une grande attention aux problématiques linguistiques et de l’éducation, sujets sur lesquels portent l’article d’Argyro Proscolli (Université nationale et capodistrienne d’Athènes) et Stélios Markantonakis (Éducation nationale en FLE, en Grèce), ainsi que celui de Marie Geneviève Prunier (Centre de Formation Pédagogique d’Aquitaine). La littérature, en tant qu’occasion privilégiée de productions langagières et symboliques complexes ainsi que patrimoine partagé d’images, de valeurs et de représentations du monde, est le deuxième aspect clé autour duquel convergent les propos des auteurs de cette publication. Dans son article Littérature, mélange, identité, que l’on pourrait considérer comme liminaire à toute autre considération, Philippe Hamon (professeur émérite à l’Université de la Sorbonne nouvelle) montre comment les notions de mélange et d’hybridité sont fondamentales dans le fonctionnent du texte littéraire et que, finalement, toute littérature est polyglossie. C’est ce qui est montré dans les articles de Seza Yılancıoglu (Université Galatasaray, Istanbul) et de Hind Lahmami (Moulay Ismail University of Meknes, Maroc) à propos de l’écriture de Nina Bouraoui et d’autres auteurs des littératures francophones au Maghreb. Il est possible d’identifier des « spécificités francophones », aussi, dans l’approche scientifique d’autres disciplines, qui ne sont pas forcément liées aux discours linguistiques ni littéraires. C’est ce qui fait l’objet des interrogations des articles de la troisième partie de ce volume, à savoir les réflexions de Dominique Glaymann (Centre Pierre Naville, Université d’Evry, Univ. Paris-Saclay), de Francesco Pompeo (Université Roma Tre), de Gaëtan Flocco et Mélanie Guyonvarch (Centre Pierre Naville, Université d’Evry, Univ. Paris-Saclay), de Véronique Vassal (Institut Catholique de Paris), de Yamina Bettahar (Université de Lorraine, Archives Henri Poincaré) portant respectivement sur la sociologie, l’anthropologie, les biotechnologies, l’archéologie, les mathématiques, toujours dans une perspective interdisciplinaire et interculturelle d’inspiration francophone. Quatre poèmes de Sara Concato sont insérés dans ce volume, intercalés entre les articles. La sensibilité et la compétence (entre autres, interculturelles et interlinguistiques), de cette autrice se manifestent, comme décantées, en poésie, images pures et prégnantes qui se gravent dans l’âme et qui enrichissent d’une épaisseur plus intime nos réflexions.

Contributes

Interculture : contributions, réseaux, spécificités des contextes francophones

Marina Geat 

DOI: 10.13134/979-12-5977-061-5/1

Apnées

Sara Concato 

DOI: 10.13134/979-12-5977-061-5/2

Les aspects socioculturels et interculturels des scénarios pédagogiques numériques pour l’enseignement du FLE en contexte hellénophone

Argyro Proscolli  Stélios Markantonakis 

En Grèce, les premiers efforts systématiques de création de ressources numériques viennent du Ministère de l’Éducation, de la Recherche et des Cultes avec deux projets importants : le projet École numérique (2007-2013) pour la numérisation des manuels scolaires qui sont aussi enrichis de ressources numériques interactives, et Aesop (2015), la plateforme des « Scénarios pédagogiques numériques » créée dans le but d’offrir à la communauté éducative des occasions de planification, de création et d’exploitation de nouveaux matériaux didactiques numérisés (http://aesop.iep.edu.gr). Dans le cadre de cette intervention, nous nous sommes penchés sur le cas des scénarios de la plateforme Aesop destinés à l’enseignement du FLE, dans le but de dépister les aspects socioculturels privilégiés par leurs concepteurs ainsi que les initiatives de sensibilisation interculturelle et de développement de la compétence communicative interculturelle des apprenants de FLE.

DOI: 10.13134/979-12-5977-061-5/3

Itinéraires de jeunes écoliers et collégiens du cycle 3

Marie-Geneviève Prunier 

Psychologue, formatrice puis directrice du Centre de Formation Pédagogique d’Aquitaine, j’ai travaillé avec de nombreuses générations de jeunes. Certes, chaque personne est ‘unique’ mais, les changements sociaux, culturels et numériques ont laissé des empreintes dans la façon d’être, de faire et de se projeter dans l’avenir. Depuis dix ans, les jeunes ont une nouvelle façon d’appréhender le monde : ils aiment voir et créer des ‘tutos’. Mais, en privilégiant la communication indirecte, ils en oublient souvent la relation réelle de personne à personne ! À travers les témoignages de ces jeunes, nous retrouvons les questions que nous nous posons en tant qu’éducateurs : Comment favoriser la promotion de l’humain contre toutes les formes d’inhumanité qui nous envahissent ?

DOI: 10.13134/979-12-5977-061-5/4

Littérature, mélange, identité

Philippe Hamon 

Les spécialistes de la francophonie s’intéressent surtout aux manifestations orales, contextualisées, historicisées, dialoguées de la communication en français. Mais la littérature (écrite, différée, hors contexte) pose des problèmes spécifiques à l’analyse, et les notions de mélange et d’hybridité y sont mises en œuvre de façon originale. Toute littérature est polyglossie.

DOI: 10.13134/979-12-5977-061-5/5

De la double origine à l’expérience trans-frontière chez Nina Bouraoui

S. Seza Yilancioğlu 

Garçon manqué (2000) et Mes mauvaises pensées (2005) de Nina Bouraoui constituent le corpus de cette étude. Nina Bouraoui, écrivaine franco-algérienne née d’une mère française et d’un père algérien, est une plume contemporaine, une nomade littéraire et une individue trans-frontière. L’écrivaine raconte dans ces deux romans la transmutation culturelle géographique et sexuelle, autrement dit l’interculturalité qu’elle a vécue dans deux sociétés différentes : l’orient et l’occident. Ces deux romans nous permettent de connaître les effets sociaux sur la transformation de l’individu et d’annoncer l’ouverture d’une nouvelle ère du point de vue social, psychologique, gender, culturel, politique, tout en mettant l’accent sur l’effacement des frontières entre les identités nationales, les pays et les genres.

DOI: 10.13134/979-12-5977-061-5/6

L’approche anthropologique du texte littéraire francophone : une clé de l’enseignement de l’interculturel à l’université marocaine

Hind Lahmami 

L’approche anthropologique du texte littéraire peut être une piste pour un regain d’intérêt pour la littérature. Le choix de textes littéraires francophones, maghrébins plus précisément, semble être un avantage pour une compréhension optimale et une appropriation rapide de la langue. Le texte littéraire marocain est une alternative à investir comme support didactique à l’enseignement de l’interculturel. Il donne beaucoup d’importance aux questions identitaire et culturelle et véhicule ainsi un certain nombre de valeurs éthiques, pour enseigner l’interculturel à l’université marocaine et, de là, doter les étudiants de la compétence interculturelle.

DOI: 10.13134/979-12-5977-061-5/7

Richesses potentielles des approches interdisciplinaires et interculturelles pour questionner et analyser la mondialisation

Dominique Glaymann 

L’étude des faits sociaux, économiques, politiques et culturels se heurte souvent, en particulier en France, à un fractionnement disciplinaire qui segmente et appauvrit la compréhension de réalités qui sont complexes et multidimensionnelles. La réalité que forme le processus de mondialisation constitue un phénomène dont il paraît peu plausible d’analyser et de saisir la complexité sans franchir les frontières tant disciplinaires que nationales. En traitant de l’ancienneté de la mondialisation, de ses dimensions multiples, de ses origines et de ses évolutions prévisibles, nous souhaitons dans ce texte montrer l’intérêt et la fécondité des approches pluridisciplinaires et pluriculturelles, sans pour autant méconnaître les difficultés de ces démarches.

DOI: 10.13134/979-12-5977-061-5/8

Anthropologie, Dynamisme et Francofolies. Un parcours historique et critique

Francesco Pompeo 

Cette contribution propose une réinterprétation historico-critique de certains itinéraires intellectuels de l’Anthropologie française. En partant de sa fondation sous le signe de l’éclectisme de Marcel Mauss, puis dans l’opposition entre Marcel Griaule et Michel Leiris, mais surtout par le rayonnement du structuralisme de Claude Levi Strauss : l’extraordinaire patrimoine d’une littérature scientifique sur les diversités y apparait souvent conditionné par son déterminisme anti-historiciste et anti-humaniste. La relecture des textes révèle une spécificité francophone en relation à la littérature et l’analyse de l’écriture ethnographique nous amène à reconsidérer la référence au naturalisme comme stratégie de « désinterlocution » des individus. À rétablir l’équilibre, une grande contribution critique, déjà avec Claude Lefort, puis, et surtout, par George Balandier, Paul Mercier et le dynamisme en tant que pensée anticoloniale. Ainsi l’expérience de recherche au Cameroun devint l’occasion pour réinterroger l’africanisme et ses fantômes coloniaux, condition pour la définition du caractère originaire des relations interculturelles.

DOI: 10.13134/979-12-5977-061-5/9

Une autre façon de faire de la science ? Déconstruire l’« amélioration du vivant »

Gaëtan Flocco  Mélanie Guyonvarch 

Cette réflexion vise à sonder les présupposés sociologiques, théoriques et politiques de l’interdisciplinarité, en prenant le cas des sciences dites ‘dures’. Elle porte sur un domaine scientifique qui est apparu il y a une quinzaine d’années en France, la biologie de synthèse ou biologie synthétique. Il s’agit d’un domaine d’activité interdisciplinaire, qui combine la biologie, l’informatique, la génétique mais aussi la chimie et la microélectronique. Son objectif est non seulement de produire de la connaissance sur le vivant, mais de le construire, de toutes pièces, en créant des fonctionnalités nouvelles, qui n’existent pas dans la nature. À rebours d’une vision qui consiste à minimiser l’impact de cette technoscience, que peut apporter une analyse sociologique de la biologie de synthèse ? Autrement dit, que révèlent ces pratiques scientifiques et que produisent-elles, au sens de production d’innovations, mais aussi de ce que cela produit en termes d’effets sur la société ?

DOI: 10.13134/979-12-5977-061-5/10

La communauté archéologique francophone à l’épreuve de la globalisation : échanges et publications scientifiques

Véronique Vassal 

Le savoir est en constante évolution, la communication scientifique joue un rôle fondamental dans la diffusion des idées. Après de nombreuses années de magistère culturel, la place du français et de la francophonie régresse. Aujourd’hui, l’anglais s’est imposé comme langue de référence. Le domaine de l’archéologie francophone, qui avait longtemps résisté, semble à son tour touché par l’obligation de publier en langue anglaise. Face à ces mutations et à la multitude d’ouvrages et d’articles publiés dans le monde, de nouveaux modes d’édition numérique apparaissent, de nouveaux réseaux sociaux scientifiques favorisent les échanges, libérant ainsi les chercheurs de certaines contraintes, tout en leur imposant de nouveaux défis.

DOI: 10.13134/979-12-5977-061-5/11

De Nicolas Bourbaki à Lévi-Strauss : dialogue interculturel et circulations transdisciplinaires entre la mathématique et l’anthropologie

Yamina Bettahar 

Dans cette contribution nous explorons quelques aspects de la relation entre Nicolas Bourbaki et certains représentants des sciences humaines et sociales. Prenant appui sur l’exemple de la mathématique et de l’anthropologie, il s’agit tout particulièrement de mettre en exergue le dialogue interculturel, les relations interdisciplinaires qui ont uni le mathématicien bourbakiste André Weil et l’ethno-anthropologue Claude Lévi-Strauss lors de leur exil américain dans les années 1940. Dans un premier temps, nous essaierons de montrer les conditions de production dans lesquelles a été inaugurée cette relation, puis, nous analyserons la fécondité de cette interculturalité quasi-inédite en son temps qui a conduit les deux universitaires à établir concrètement des ponts durables entre leurs disciplines aux niveaux conceptuel et méthodologique. Notre objectif est de montrer comment se crée le croisement, la circulation et l’interpénétration entre des disciplines dont le rapprochement peut sembler au départ insoupçonné comme c’est le cas entre les sciences exactes et les sciences humaines et sociales.

DOI: 10.13134/979-12-5977-061-5/12

Les auteurs

In the same category